Nouvelles, Politiques, POST CONTENT 2
Leave a comment

Macron en banlieue : ces sujets tabous qui n’ont pas été évoqués

Article de Barbara Lefebvre, photo Ludovic Marin

FIGAROVOX/TRIBUNE – Pour Barbara Lefebvre, la confrontation d’Emmanuel Macron aux maires de banlieue est un exercice de com’ réussi mais un débat raté. La discussion s’est principalement cantonnée à la question des moyens, sans permettre de tirer les leçons de l’échec de la politique de la ville dans ces quartiers.

Barbara Lefebvre, enseignante et essayiste, est l’auteur de Génération j’ai le droit (éd. Albin Michel 2018).

Certes, on n’a pas pris vraiment les mêmes à Évry-Courcouronnes, mais on a recommencé. Déjà cinq débats interminables où la parole présidentielle se déploie sans vrais contradicteurs. Entre campagne électorale et performance théâtrale, on hésite encore… La même scénographie, la même durée marathonienne, la même posture présidentielle qui fait tomber la veste et remonte ses manches pour monter sur un ring où aucun adversaire ne l’attend, la même démonstration de l’énarque qui connaît ses dossiers techniques. Surtout, les mêmes longs développements en guise de réponse, et finalement l’impossibilité pour celui qui écoute de dire précisément où le président voulait en venir. Cette parole creuse se dérobe dans l’oxymore jupitérien postmoderne du «en même temps». Tout dire et rien dire. Le Grand débat permet ainsi de mettre en scène une fausse horizontalité où l’on fait croire, pendant six heures ou plus, à une assistance d’élus et de quelques citoyens engagés, que leur parole, leurs vérités plurielles, pèsent autant que celle de l’État incarné par le Président de la République ou le Premier ministre. Dormez, braves gens.

Malgré les 75 milliards d’euros dépensés depuis le début des années 1980, la situation sociale, économique et culturelle n’a cessé de se dégrader.

Le débat à Évry-Courcouronnes n’a pas échappé à cette dilution de la parole en même temps qu’à cette dévalorisation du débat politique. Les maires ont, les uns après les autres, porté les mêmes revendications relatives à la baisse des dotations, au désengagement de l’État, à l’accès aux logements. Les spécificités de ces quartiers de banlieue ont été exposées la plupart du temps sans expliciter clairement, distinctement, les caractéristiques des obstacles rencontrés. Les mots-valises «inégalités, discrimination, mixité sociale, cohésion sociale, échec scolaire» y sont passés mais sans présenter les fondements socioculturels de ces difficultés persistantes. Malgré les 75 milliards d’euros dépensés par tous les «plans banlieue» depuis le début des années 1980, la situation sociale, économique et culturelle n’a cessé de se dégrader. 

Il n’est qu’à regarder l’évolution statistique sur trente ans des résultats scolaires, évaluation faite par l’institution scolaire et des organismes indépendants. À ce titre, Omar Sy a eu raison dernièrement de regretter qu’on lui ait «menti» quand il était en primaire et au collège en le «surnotant» pour lui faire croire qu’il était un bon élève. Quand il est entré au lycée dans une autre ville, il a compris brutalement quel était son niveau réel. Ce mensonge que l’Éducation nationale construit depuis des décennies: voici la vraie rupture d’égalité républicaine! Les familles des quartiers de banlieue, dans leur majorité, veulent que le niveau d’exigence culturelle et de savoirs envers leurs enfants soit le même qu’ailleurs. Et quand on sait à quel point le niveau moyen d’exigence a baissé, on imagine combien la situation est grave dans ces quartiers… Comment s’étonner que de plus en plus de parents de ces territoires dépensent leurs économies pour scolariser leurs progénitures dans le privé? 

À plusieurs reprises, telle la méthode Coué, des maires ont expliqué à quel point il faisait bon vivre dans ces quartiers de banlieue, qu’il ne fallait pas être misérabiliste. Le président a lui-même appelé à avoir sur la Seine Saint Denis un regard décentré: jeunesse de sa population, taux de création d’entreprises élevé, stade de rang mondial, deux aéroports internationaux, c’est «San Francisco sans la mer» a-t-il déclaré… Apparemment, le président n’a pas lu le rapport parlementaire sur l’action de l’État dans le 9-3: taux de pauvreté et de criminalité les plus élevés de France, fonctionnaires de police et enseignants qui cherchent à fuir sitôt après leur nomination. Ainsi, en Seine Saint Denis, les enseignants débutants (en première année de titularisation) représentent 65 % des effectifs, contre 21 % en moyenne en France! Ceci illustre bien le turn-over annuel dans les équipes enseignantes: la majorité de ces néo-titulaires n’ont pas demandé à venir enseigner là. Ils sont contraints par l’institution elle-même de s’installer en région parisienne avec un salaire net de 1400 euros! On s’étonne que le métier ne soit pas attractif? Dans ces établissements scolaires, il faut des enseignants volontaires, expérimentés, qui vont travailler dans la durée. Mais une fois qu’on a dit cela, on n’a rien dit.

Relier systématiquement pauvreté et violence permet de ne pas regarder les autres facteurs de violence, notamment le refus d’intégration des codes culturels et sociaux de la société hôte.

Pourquoi une telle situation? C’est ici que la réponse politique entendue hier dans la bouche de la plupart des maires et du président est affligeante, car on n’a entendu que des poncifs sur les conséquences au lieu de relever (et traiter) les causes. La banlieue est «stigmatisée», «discriminée», «discréditée», «caricaturée». Mais quid de la réalité d’une sécession culturelle de certains quartiers, sur fond de développement de l’islam politique? Quid des violences dans ces territoires? Violences liées au trafic de stupéfiants, d’être humains, d’armes. Violences intrafamiliales aussi dans des proportions importantes, connues des services sociaux, des médecins locaux, des enseignants. Tous sont impuissants d’autant que la justice française obéit à l’idéologie du «maintien dans la famille» coûte que coûte, parfois jusqu’à l’irréparable. Toutes ces violences n’ont pas nécessairement de lien avec la pauvreté ou la précarité, contrairement à l’antienne du discours pleurnichard sur les banlieues. Nous y connaissons tous des familles en grande difficulté qui ont élevé correctement leurs enfants, n’en ont pas fait des trafiquants. Relier systématiquement pauvreté et violence permet de ne pas regarder les autres facteurs de violence et notamment le refus d’intégration des codes culturels et sociaux de la société hôte. Ne pas voir la volonté de nombreuses familles de continuer à vivre en France selon les représentations collectives, les us et coutumes de la société d’origine. De cela, il n’a pas été question hier soir.

On put au moins se consoler un peu en entendant le président parler du «défi de l’intégration». L’intégration étant une sorte de position équilibriste entre l’assimilation et l’inclusion. Cela fait pourtant plus de trente ans que les politiques publiques sont censées s’occuper d’intégration. Pour quels résultats? Michel Rocard – qui serait un des modèles politiques d’Emmanuel Macron – avait par exemple mis en place le Haut Conseil à l’Intégration en 1989, chargé sous l’autorité du Premier ministre de faire des propositions dans ce domaine, c’est François Hollande qui en décembre 2012 l’a dissous… Continuer en 2019 à parler du «défi de l’intégration» n’a aucun sens si on n’expose pas des mesures très concrètes pour ce faire. Et cette tâche ne peut être continuellement sous-traitée à des associations de quartiers qui opèrent souvent hors de tout véritable contrôle administratif et politique.

Cette désintégration est la conséquence d’une école républicaine à la dérive, incapable de transmettre une identité nationale qui rende fier.

Si l’on comprend que «le défi c’est l’intégration» des nouveaux arrivants, que dire de la désintégration de ceux qui sont nés ici? Parce que c’est cela la réalité de certains de ces territoires où François Hollande ou Gérard Collomb parlaient de quasi-sécession ou «partition». Des enfants, souvent binationaux car nés en France de parents étrangers, parfois même appartenant à la troisième génération de natifs en France, expriment un rejet violent de leur identité française. Les boutiquiers de «l’idéologie décoloniale» y voient la résurgence d’un trauma de l’indigène mal décolonisé. Il s’agit en fait des conséquences d’un processus multifactoriel fait de victimisation, sur fond «d’identité humiliée perpétuelle» largement encouragé par l’antiracisme institutionnel, d’individualisme consumériste trivial où la jalousie sociale joue un rôle important, de codes éducatifs culturels en inadéquation avec ceux de la société occidentale. Et surtout, cette désintégration est la conséquence d’une école républicaine à la dérive, incapable de transmettre une identité nationale qui rende chacun fier d’être qui il est et heureux d’enrichir et de servir sa patrie, la France. Ce discours de victimisation est le fonds de commerce d’associations politico-religieuses qui ont pignon sur rue et sont protégées par certaines municipalités complices. De cela il n’a pas été dit un mot dans le débat, hier soir. 

Il a fallu attendre qu’un trouble-fête associatif venu de Grigny mette les pieds dans le plat pour évoquer le fléchage de l’argent vers les associations qui ont l’heur de plaire aux maires, et les détournements de l’argent de la politique de la Ville par ces derniers. «Plus on a versé des milliards dans ces banlieues, plus elles se sont appauvries (…) N’écoutez pas ceux qui vous parlent de citoyens abandonnés et qui utilisent notre misère pour venir vous soutirer de I‘argent. Ne donnez pas un euro parce que nous les habitants des banlieues, on sait qu’on en verra jamais la couleur» a-t-il déclaré dans son interpellation au chef de l’État, fort peu appréciée à voir les mines de certains édiles… Le mot «clientélisme» n’a pas été prononcé mais pourtant c’est de cela qu’il s’agit. Et ce clientélisme mine non seulement la vie de ces territoires mais détruit à petit feu la légitimité du politique. Pas étonnant que l’abstention soit si élevée dans certains quartiers, à voir comment se comportent certains politiciens locaux. Le clientélisme électoral est un phénomène massif dans les banlieues et c’est sans considération d’étiquette politique ; toutes les «obédiences» sont concernées. La gestion communautariste par nombre de ces municipalités qui ferment les yeux sur les trafics, les violences qui règnent dans certaines tours, certains immeubles, certaines maisons de quartiers prises en main par les associations de barbus en qamis, tout cela est un secret de polichinelle.

Une part significative des maires assis hier aux côtés du président sont de fait complices de la situation calamiteuse des territoires.

On n’a pas entendu évoquer les cas de plus en plus nombreux de certains caïds – ou membres de leurs familles – nommés dans les équipes municipales ou obtenant un job à la mairie en dépit de leur absence de compétence… Après avoir aidé le maire à conquérir ou reconquérir le siège d’édile municipal, on est bien récompensé dans certaines municipalités de banlieue où l’abstention est toujours le grand gagnant du scrutin! Une part significative des maires assis hier aux côtés du président sont de fait complices de la situation calamiteuse des territoires qu’ils dirigent ou codirigent avec les brigands de leurs villes, connus de tous, et de la police ou du renseignement, qui ne peuvent rien. L’économie souterraine y est la garantie de la «paix sociale» et fait vivre des familles entières, soutenues par une sorte de service social informel typique des sociétés mafieuses. C’est pourquoi les lamentos sur les taux de chômage des jeunes sont des larmes de crocodile. 

Le débat d’Évry-Courcouronnes s’en est tenu au principe de l’échange courtois où l’on ne se dit pas les vérités qui fâchent, entre profiteurs d’un système à la dérive. Qu’a-t-on entendu demander à l’État? Le retour de l’ordre républicain pour mettre enfin hors d’état de nuire une minorité qui fait la loi contre la majorité des citoyens de ces territoires? Non! Une vraie politique de lutte contre les trafics qui alimentent aussi le terrorisme dans certains cas? Non! Une école laïque et républicaine d’exigence et d’excellence? Non! On a eu droit à des odes répétées aux dédoublements de CP… Cette mesure organisationnelle sans effet sur les contenus pédagogiques semble tenir lieu de politique éducative, c’est dire à quel point on a touché le fond en termes d’ambition pour l’avenir. Ce que les élus présents hier soir ont demandé au président? Toujours plus d’empois subventionnés, du «pognon de dingue» bien frais pour continuer à vivre sous perfusion, un énième «plan Marshall» pour les banlieues… Le président avait promis «une reconquête des quartiers», il faudrait déjà mettre les mots sur les réalités qui fâchent, réarmer vraiment le bras de l’État dans ces territoires quitte à déranger le train-train de quelques élus qui câlinent barbus et dealers pour que «la paix» règne. Mais hier soir encore, tout ce petit monde est reparti sourire aux lèvres. Jusqu’ici, tout va bien…

Source :

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2019/02/05/31001-20190205ARTFIG00151-macron-en-banlieue-ces-sujets-tabous-qui-n-ont-pas-ete-evoques.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *